Bela Bartok (1881-1945)

Bartók étudie le piano et l’harmonie à Bratislava puis à Budapest ; il compte parmi ses professeurs Hans von Koessler, Leo Weiner, et surtout Zoltán Kodály, qui travaille avec lui à partir de 1905 sur l’étude et la transcription de la musique populaire traditionnelle. Bartók devient professeur à l’Académie royale de Budapest en 1907, et compose ses premières grandes œuvres, Trois chansons populaires hongroises, le premier Quatuor à cordes d’une série de six quatuors très aboutis, son seul opéra Le Château de Barbe-Bleue, et deux ballets (Le Prince de Bois et Le Mandarin merveilleux). Il écrit ensuite des sonates, d’autres quatuors, et effectue des tournées en Europe avec Ditta Pástory, une ancienne élève devenue sa seconde femme. A partir de 1934, Bartók se consacre à la composition et reçoit de fréquentes commandes : il rencontre un vif succès en 1937 avec Musique pour cordes, percussions et célesta, puis le Concerto pour violon et orchestre ou Mikrokosmos. Obligé de s’exiler aux Etats-Unis au moment de la guerre, il séjourne à New York, où il fait connaissance de Koussewitsky, Yehudi Menuhin, Benny Goodman. Il y décède en 1945 d’une leucémie, alors que son Concerto pour orchestre de 1943 vient de susciter beaucoup d’admiration et de stimuler le nombre de ses commandes.
Le style de Bartók est caractérisé par une inspiration nationaliste doublée d’une recherche musicale savante : il combat les contraintes du système tonal, utilise le principe de la proportion pour la structure interne de ses œuvres, et systématise la mise en relation des tonalités. (France Musique)

Oeuvres:

  • Contrastes pour clarinette, violon et piano (1938) + d'infos
  • Mikrokosmos pour deux pianos (1931) + d'infos
  • Quatuor à cordes no 3 (1927) + d'infos
  • Sonate no 2 pour violon et piano (1922) + d'infos
  • Sonate pour deux pianos et percussions (1937) + d'infos
  • Sonate pour violon (1944) + d'infos
  • Trois scènes de village pour 8 voix de femmes et orchestre de chambre, BB 87b (1926) + d'infos

Concerts SMC Lausanne: