Luigi Nono (1924-1990)

Luigi Nono étudie le droit à l’Université de Padoue et la composition au Conservatoire Benedetto-Marcello de Venise, en auditeur libre, dans la classe de Gian Francesco Malipiero. En 1946, il rencontre Bruno Maderna. En 1948, avec Maderna, Nono participe à Venise aux cours de direction d’orchestre de Hermann Scherchen, qu’il suit en tournée, approfondissant ainsi les œuvres de Schoenberg, Webern et Bartók. Puis il se rend, dès 1950, à Darmstadt, où il suit l’enseignement de Varèse et se lie avec Karl Amadeus Hartmann – il y donnera, après la création du Canto sospeso, des cours sur le dodécaphonisme schoenbergien et deux conférences écrites aux côtés de son élève Helmut Lachenmann. Nono entre au Parti communiste italien en 1952. Le 12 mars 1954, il assiste, à Hambourg, à la création de Moïse et Aron. À cette occasion, il fait la connaissance de la fille d’Arnold Schoenberg, Nuria, qu’il épouse l’année suivante.
En 1961, quelques mois lui suffisent pour composer Intolleranza 1960, dont la création, à La Fenice, provoque un scandale retentissant. S’il enseigne ponctuellement à la Dartington Summerschool of Music et à l’Université d’Helsinki, Nono organise surtout, avec le critique et musicologue Luigi Pestalozza, des concerts et des débats dans les usines italiennes.
De 1965 à 1975, Luigi Nono travaille au Studio de phonologie de la Rai à Milan et effectue de nombreuses tournées, notamment en Amérique du Sud. Peu après, Nono traverse une crise majeure, que l’influence déterminante de Massimo Cacciari contribue à résoudre. La lecture d’Hölderlin, l’expérimentation des live electronics et l’étude des cultures juive et grecque mènent au quatuor à cordes Fragmente-Stille, an Diotima, puis à Prometeo, avec le Studio expérimental de la Fondation Heinrich-Strobel, qui participe à la création de presque toutes les œuvres des années 80. Invité du DAAD à Berlin, où il réside le plus souvent de 1986 à 1988, Nono donne, en juillet 1989, ses derniers cours dans le cadre du Centre Acanthes, à Villeneuve-lès-Avignon. Hospitalisé à Paris, il décède le 8 mai 1990 à Venise. (source : http://brahms.ircam.fr © Ircam-Centre Pompidou).

Oeuvres:

  • ...sofferte onde serene... pour clavier et électronique (1976) + d'infos
  • Djamila Boupacha pour soprano solo (1962) + d'infos

Concerts SMC Lausanne: