Elliott Carter (1908-2012)

(photo : Elliot Carter et David Lively)

Né le 11 décembre 1908 à New York, Elliott Carter grandit dans un milieu peu attiré par les arts. Il apprend le piano dès l’âge de dix ans, mais s’intéresse davantage à toutes les autres formes de culture dont il se nourrit avec avidité. En 1924, il rencontre Charles Ives qui devient un ami, un guide et un modèle. En sa compagnie, il découvre l’avant-garde musicale : Ruggles, Varèse, Bartók, les Viennois et Stravinsky. L’audition du Sacre du printemps est un événement déterminant dans sa décision de devenir compositeur. Il entre en 1926 à l’Université d’Harvard et parallèlement poursuit ses études musicales à la Longy School of Music. En 1930, il obtient à Harvard le Bachelor of Arts, puis le Master of Arts. En 1932, Carter part pour trois ans à Paris parfaire sa formation auprès de Nadia Boulanger qui lui transmet sa science du contrepoint et élargit sa connaissance de la musique ancienne.
De retour à  New York, il publie de nombreuses critiques musicales dans la revue Modern Music, ainsi que des essais notamment sur des compositeurs, sur sa propre musique ou sur la situation du compositeur dans la société contemporaine. Après la guerre, il devient membre de la Société Internationale de Musique Contemporaine. Il enseigne aussi la composition au Peabody Conservatory de Baltimore (1946-1948) tout en poursuivant ses recherches musicales dans le domaine du rythme.
Il compose son Premier Quatuor en 1950, l’œuvre remporte le Premier Prix du concours de composition de Liège en 1953 et lui donne une notoriété internationale qui ne cessera de grandir. Dès lors, Carter enseigne dans les plus prestigieuses universités américaines, il est également invité dans le monde entier comme compositeur en résidence.
À partir des années 80, son activité de compositeur ne cesse de s’intensifier. Il reçoit de nombreuses commandes et ses pièces sont jouées par les plus grandes formations internationales. Son premier opéra What next ? créé à Berlin en 1999 par Daniel Barenboim est unanimement salué par la critique. L’exceptionnelle carrière de Carter a été couronnée par de prestigieuses distinctions notamment le Prix Pulitzer en 1960 et 1973. Il est un des rares compositeurs à avoir obtenu le Ernst Von Siemens Music Prize.
Elliott Carter est le plus européen des compositeurs américains. Ses oeuvres tardives, les plus aventureuses, portent au plus haut une pensée originale du temps musical, du rythme et de la polyphonie. Il meurt le 5 novembre 2012 à l'âge de 103 ans.

Oeuvres:

  • 4 Lauds - Fantasy - Remembering Roger (1999) + d'infos
  • 4 Lauds - Rhapsodic Musings (2001) + d'infos
  • 4 Lauds - Riconoscenza per Goffredo Petrassi (1984) + d'infos
  • 4 Lauds - Statement - Remembering Aaron (1999) + d'infos
  • 90+ pour piano (1994) + d'infos
  • Canon for 3 - in memoriam Igor Stravinski pour trois voix instrumentales égales (1971) + d'infos
  • Canon for 4 - Homage to William pour flûte, clarinette basse, violon et violoncelle (1984) + d'infos
  • Con Leggerezza Pensosa - Omaggio a Italo Calvino pour clarinette, violon et violoncelle (1990) + d'infos
  • Concerto pour clarinette (1996) + d'infos
  • Dialogues pour piano et orchestre (2003) + d'infos
  • Enchanted Preludes (1986) + d'infos
  • Hiyoku pour deux clarinettes (2001) + d'infos
  • Intermittences (2005) + d'infos
  • La Musique pour mezzo-soprano (2007) + d'infos
  • Mosaic pour flûte, hautbois, clarinette, harpe, trio à cordes et contrebasse (2004) + d'infos
  • Night Fantasies (1980) + d'infos
  • Riconoscenza per Goffredo Petrassi pour violon (1984) + d'infos
  • Scrivo in vento pour flûte seule (1991) + d'infos
  • Sonate pour violoncelle et piano (1948) + d'infos

Concerts SMC Lausanne: