Duo Caroline Melzer et Nurit Stark

Caroline Melzer, soprano
Née à Kronberg i. Ts. (Allemagne), Caroline Melzer étudie le chant avec Rudolf Piernay à Mannheim et l’interprétation du Lied avec Irwin Gage à Sarrebruck. Elle participe à plusieurs masterclasses (Axel Bauni, Christophe Prégardien…) et remporte de nombreuses bourses d’études : HändelAkademie Karlsruhe, Richard-Wagner Verband, Steans Institue for Young Artists, Ravinia Festival, Chicago USA.
Pendant ses études déjà, elle est engagée par divers opéras allemands (Detmold, Cottbus et Lübeck) pour le rôle de Donna Elvira/Don Giovanni, par exemple, grâce auquel elle fait ses premières expériences de scène. Par la suite, elle chante plusieurs rôle-titre au Théâtre de Kaiserslautern (notamment Hanna Glawari/La Veuve Joyeuse). De 2007 à 2010, elle est engagée dans la troupe du Komische Oper Berlin où elle interprète Contessa/Le Nozze di Figaro, Fiordiligi et Mimi, Giulietta/Les Contes d'Hoffmann, Lisa/La Dame de Pique, Lisa/Land des Lächelns, Armida de Gluck (mise en scène de Calixto Bieito), Leonore dans la version originale de Fidelio (mise en scène: Benedikt von Peter) et Cordelia dans Lear d’Aribert Reimann (mise en scène: Hans Neuenfels). Lors de la saison 2009-2010, elle chante à la Ruhrtriennale et au Staatsoper Berlin (Première Dame/Zauberflöte). En 2010-2011, elle débute au Volksoper de Vienne et chante entre autres le rôle-titre de Rusalka et Micaela/Carmen.
Dans le cadre de ses nombreuses activités, elle est invitée par le Rheingau Musik Festival, l'UltraSchall Festival Berlin, le Mozartfest Würzburg, l’Herbstlichen Musiktagen Bad Urach ou les Gustav Mahler Musikwochen Toblach et chante dans des salles prestigieuses (Philharmonie Berlin, Konzerthaus Berlin, Laeiszhalle Hamburg, Meistersingerhalle Nürnberg, Tonhalle Zürich et Liederhalle Stuttgart). Caroline Melzer collabore régulièrement avec Christoph Poppen, Konrad Junghänel, Jac van Steen, Frieder Bernius et Michael Sanderling. Elle a enregistré plusieurs CD (Naxos) et productions radiophoniques.

Nurit Stark, violon
Née en 1979, Nurit Stark étudie à la Rubin Academy de Tel Aviv avec Haim Taub, à la Juilliard School of Music de New York avec Robert Mann et à la Hochschule für Musik de Cologne avec le Quatuor Alban Berg. Elle se perfectionne actuellement auprès de Ilan Gronich à l´Universität der Künste de Berlin.
Nurit Stark donne des concerts en récital et de musique de chambre dans de nombreux pays d´Europe, d´Amérique, d´Asie, en Israël. Elle se produit dans les plus grandes salles (Carnegie Hall de New York, Wigmore Hall de Londres, Philharmonie de Berlin, Konzerthaus de Vienne, Mozarteum de Salzburg, Philharmonie de Cologne, Festspielhaus de Baden-Baden, Symphony Hall de Birmingham) et en soliste avec des orchestres réputés, notamment l’Orchestre Philharmonique d’Israël et l’Orchestre de la Radio de Münich, sous la direction de Zubin Metha et Dmitri Sitkovetsky. Hôte de plusieurs grands festivals (Schleswig Holstein Musik Festival, Festspiele Mecklenburg-Vorpommern, Mozart Festival-Augsburg, Sommets Musicaux de Gstaad), elle est invitée, en 2007, par le violoniste Gidon Kremer à jouer au Festival de Lockenhaus.
Nurit Stark est lauréate de nombreux concours internationaux : George Enescu, Leopold Mozart, Premio di Trieste, Ibolyka Gyarfas et est récipiendaire de bourses des fondations Ilona Kornhauser et America Israel Cultural Foundation en Israël. Liée au pianiste Cédric Pescia par une collaboration de longue date, leur duo est soutenu par la Fondation Forberg-Schneider. Elle a enregistré en sa compagnie un CD de sonates de Busoni et Enescu, disque qui recueille les meilleures critiques.
Son répertoire s´étend du baroque à la musique du 21ème siècle, dont elle est une interprète engagée. Ainsi remporte-t-elle en 2006 le Prix Spécial de la meilleure interprétation pour la pièce contemporaine « 1756 » de Viktor Suslin au Concours Leopold Mozart de Augsburg. Elle assure la création mondiale de cette œuvre en mai 2006 et celle-ci lui est dédiée. Nurit Stark est régulièrement engagée dans des projets scéniques d´avant-garde qui associent musique et théâtre.
Nurit Stark joue un violon de Petrus Guarnerius de Mantoue datant de 1710.

Concerts SMC Lausanne