Arabesco infinito

pour vibraphone et marimba
2006 - création suisse, Alejandro Vinao

J'ai d'abord pensé écrire une «arabesque» pour marimba et vibraphone en entendant mon fils Matteo qui jouait la deuxième Arabesque de Debussy au piano. Peu de temps après, j'ai reconsidéré le morceau de Debussy dans le cadre d’idées sur les répétitions dérivées dans l'art islamique classique, la géométrie fractale et la théorie du chaos. Dans l'art islamique traditionnel, les textures ornementales sont souvent construites à partir d'un seul chiffre géométrique multiplié dans tous les sens sur un même plan créant ainsi un motif infini. J'ai essayé d'imiter ce type de construction pour Arabesco Infinito.
Des idées similaires de «créativité sur des répétitions imprévisibles » se trouvent dans la géométrie fractale et la théorie du chaos. Cependant, la théorie du chaos introduit également l'idée « d'attracteurs », définis comme des états vers lesquels un système ou un processus peut évoluer. Il est fascinant d’imaginer qu’un système peut évoluer vers un « attracteur » et qu’il peut le faire de façon chaotique. Ceci suggère que l'ordre peut être créé à partir du chaos et qu’un acte de création peut, peut-être, avoir besoin du chaos comme une condition nécessaire. Je voulais avoir le même genre de mouvement dans ma pièce, une directivité qui parfois peut sembler chaotique, mais qui est tirée par la répétition d'une cellule initiale ou d’un motif. Je voulais créer une musique dans laquelle une idée rythmique et mélodique très simple puisse évoluer de façon imprévisible, mais toujours dans le sens d'un nœud ou d’un point d'attraction. Ces points d'attraction apparaissent dans la pièce comme des « sillons », rythmes périodiques ou quasi périodiques dans lesquels le corps peut confortablement s'installer. Le mouvement ou la gravitation d'un point à l'autre est le processus central de la pièce. Dans Arabesco Infinito, j'ai été intéressé par l'idée que la répétition (monstre effrayant de la culture contemporaine) peut être stupide et même déshumanisante, ou vraiment créatrice. (Alejandro Viñao)

Concert SMC Lausanne:

  • Lundi 6 février 2012 (Saison 2011-2012)
    Trio Contexto + lire
    Oeuvres de Vinao, Naon, Blank, Hosokawa et Ammann