Windscape

pour deux percussions
1996, Toshio Hosokawa

L’œuvre est inspirée « Die Sonette an Orpheus II » de Rilke.

ATMEN, du unsichtbares Gedicht !
Immerfort um das eigne
Sein rein eingetauschter Weltraum. Gegengewicht,
in dem ich mich rhythmisch ereigne.

Einzige Welle, deren
allmähliches Meer ich bin ;
sparsamstes du von allen möglichen Meeren, -
Raumgewinn.

Wieviele von diesen Stellen der Räume waren schon
innen in mir. Manche Winde
sind wie mein Sohn.

Erkennst du mich, Luft, du, voll noch einst meiniger Orte?
Du, einmal glatte Rinde,
Rundung und Blatt meiner Worte

Toshio Hosokawa représente idéalement le cas du compositeur non européen qui recherche, à travers l’écriture contemporaine issue de la tradition européenne, à reconquérir les éléments constitutifs de sa propre tradition musicale : celle du Japon. Loin de renier ses origines, il les révèle au contraire à travers un médium autre, leur conférant une dimension nouvelle. Cette démarche, à rebours du syncrétisme qui annule les caractères des différentes « langues » musicales, ouvre ainsi des perspectives originales amenant une respiration nouvelle dans notre horizon musical. Le compositeur a très consciemment cherché cette hybridation entre culture traditionnelle japonaise repensée et une écriture capable de saisir des phénomènes qui excédaient jusque-là la notation. Presque toutes les œuvres de Hosokawa renvoient à l’idée d’une perception temporelle dans laquelle le sentiment intérieur est en lien profond avec la totalité du monde. Elles ont un caractère méditatif, une dimension spirituelle très intense, non dans l’idée d’un repli sur soi ou d’un refuge hors du temps vécu, mais dans la vibration et la palpitation sonores, dans une véritable physique musicale qui met en jeu non seulement l’esprit mais aussi le corps. (Philippe Albèra - avec l’aimable autorisation de Contrechamps).

Concert SMC Lausanne:

  • Lundi 6 février 2012 (Saison 2011-2012)
    Trio Contexto + lire
    Oeuvres de Vinao, Naon, Blank, Hosokawa et Ammann