Désintégrations

pour orchestre de chambre et bande magnétique
1983, Tristan Murail

Composer, pour Murail, n'est pas poser côte à côte des sons au sens de « com-ponere », mais plutôt « dé-composer » le son dans ses tonalités partielles. Il utilise ce procédé dans ses Désintégrations, mais veut intégrer autant que possible les sonorités instrumentales aux sonorités produites par l'ordinateur. Aussi, la plupart des sons qu'on peut entendre sur la bande résultent de sonorités instrumentales transformées de cette manière. Le son de cloche au début et à la fin de la pièce est, par exemple, né de la scission d'un son de piano. La bande sonore et la partie instrumentale sont exactement synchrones. La forme globale est divisée en onze segments, correspondant aux onze procédés différents utilisés dans cette pièce pour la transformation des sons. Les différentes parties s'unissent en un grand paysage sonore qui impressionne par le haut degré de fusion des sonorités instrumentales et électroacoustiques.

Concert SMC Lausanne:

  • Lundi 15 octobre 2007 (Saison 2007-2008)
    Ensemble Boswil + lire
    Oeuvres de Michael Jarrell, Tristan Murrail, Colon Nancarrow, Karlheinz Stockhausen et Iannis Xenakis