Chemins II

pour alto et ensemble
1967, Luciano Berio

Cette œuvre composée en 1967 est basée sur Sequenza VI pour alto solo (la partie originelle est conservée intégralement), qui possède déjà une densité considérable. La pièce solo se divise grosso modo en deux parties fondées sur des procédures différentes. La première, plus longue, présente différentes formulations d’une montée harmonique lente : la ligne supérieure gravit la gamme chromatique et entraîne à sa suite un nombre de voix internes sinueuses formant des accords en forme de tremolandos sauvages. La seconde partie, par opposition, s’appuie sur des points de références fixes : des accords insistants, ou l’exploration tranquille d’un répertoire figé de hauteurs.
Chemins II soumet cette structure à un commentaire si dense que le « texte » originel est parfois englouti. Dans la première partie, l’orgue électronique et les instruments de percussion aigus soutiennent le développement harmonique central, renforcé par les cordes. Mais dans le même temps, flûte, clarinette et trombone développent leur propre contrepoint à cet élément central. La progression finale de l’alto solo dissout le processus harmonique dans une forme mélodique, à laquelle l’ensemble instrumental se greffe en partant d’un de ses fragments et en créant à partir de celui-ci une toile de fond chatoyante. L’ensemble se contente alors de compléter, plutôt que de submerger, la Sequenza originaire, bien qu’à deux reprises, au cours des thèmes conclusifs méditatifs, l’ensemble fasse une percée d’une telle violence que la tranquillité semble on ne peut plus provisoire. (David Osmond-Smith)

Concert SMC Lausanne: