Clarinet trio

pour clarinette, violon et piano
2004, Jonathan Harvey

Cette œuvre brève, dont la formation rappelle Bartók, présente une particularité dans l'utilisation du piano: celui-ci est en effet joué clavier fermé dans les première et dernière parties. Le compositeur a noté les doigtés des figures rythmiques frappées sur le couvercle du clavier, de sorte que les sons percussifs soient variés dans leur timbre; la partie est écrite pour les dix doigts, avec précision. Au centre de la pièce, le pianiste ouvre le couvercle et joue des figurations dans l'extrême-aigu qui réalisent les spectres harmoniques produits par les sons multiphoniques de la clarinette et par les sonorités du violon. Clarinette et violon, dans les deux parties extrêmes, échangent des phrases mélodiques très ornées, dans un type d'écriture qui fait aussitôt penser à une tradition mélodique fondée sur les musiques orales que l'on trouve chez Stravinsky, Messiaen ou Boulez, avec une grande importance donnée aux petites notes et des phrasés irréguliers. Par moments, les deux instruments jouent dans des sortes de quasi-unissons mélodiques ou rythmiques. Cette pièce jubilatoire, composée en octobre 2004, résulte d'une commande du Verdher Trio, qui en assura la création en 2005, et de l'Université du Michigan. (Philippe Albèra)

Concert SMC Lausanne: