Chain I

pour ensemble
1983, Witold Lutoslawski

Commande de Michael Vyner pour les 14 instrumentistes du London Sinfonietta, Chain I  fut créée à Londres en 1983. Cette œuvre est emblématique de la manière de composer de Lutoslawski, une manière de faire que l'on pourrait décrire schématiquement comme une technique qui allie savamment musique mesurée (et donc "contrôlée") et sections libres – mais non improvisées. La dialectique instaurée ainsi entre des parties interprétées avec une certaine liberté et des passages strictement notés est porteuse d'une grande énergie, et laisse à chaque musicien de l'ensemble la licence interprétative de telle ou telle phrase musicale, qui n'est donc pas "corsetée" ou soumise à un tempo général,  mais s'articule plutôt de manière presque aléatoire en regard des autres parties…
Trois sections distinctes délimitent ici le discours : d'abord, une séquence de gestes vifs, hésitants et capricieux, réalisés aussi bien par des solistes que collectivement. Ensuite, la fusion progressive (puis la métamorphose) de ces gestes en de longues lignes mélodiques, principalement au violoncelle et au cor. Enfin,  l'accumulation de ces lignes vers des textures pleines et énergiques aux rythmes individuellement saccadés qui, bien que menant à un geste de rupture brutal et théâtral, s'évaporent très vite par la raréfaction des textures et des éléments rythmiques, jusque vers une dissolution complète du son – comme la signature de bien d'autres œuvres antérieures du compositeur. (William Blank)

Concert SMC Lausanne: