Tierkreis, douze mélodie du zodiaque

version pour quatuor de Kevin Juillerat
1974-1975-2012, Karlheinz Stockhausen

Les douze mélodies de Tierkreis sont intimement liées à la pièce de théâtre musical Musik im Bauch composée en 1974 par Karlheinz Stockhausen. Oeuvre pour six percussionnistes et boîtes à musique, Musik im Bauch a été inspirée par une plaisanterie faite à sa fille Julika – il lui dit, alors qu’elle n’avait que deux ans et que son ventre gargouillait, qu’elle avait de la musique dans son ventre (« Du hast ja Musik im Bauch ! ») – et par le rêve qu’il fit de la pièce sept ans plus tard. Il composa alors pour cette pièce douze mélodies pour boîte à musique évoquant chacune l’un des douze signes du zodiaque.
Alors que seules trois des douze mélodies (choisies par les interprètes) sont utilisées dans une performance de Musik im Bauch, Stockhausen décide de faire de Tierkreis un cycle pouvant être instrumenté, arrangé et joué par n’importe quel instrument ou formation instrumentale (voix comprises). Il les réutilisera lui-même dans plusieurs de ses œuvres, comme dans son opéra de chambre Sirius (1975-77), ses Fünf Sternzeichen ou ses Fünf weitere Sternzeichen, deux cycles pour orchestre terminés la veille de sa mort en 2007.
Contrainte par la taille et la facture des boîtes à musique, chaque pièce de Tierkreis s’étend dans un registre relativement limité et aigu et ne dure qu’une trentaine de secondes. De plus, on n’y trouve aucune indication de nuance, ni de timbre.
Les mélodies obéissent chacune à des lois sérielles, tant au niveau harmonique que structurel ou rythmique. Les parties d’accompagnement obéissent également au même genre de règles avec, par exemple, souvent un nombre très limité de notes.
La version pour saxophone, accordéon, harpe et percussions a été écrite en 2013 par Kevin Juillerat.

Concert SMC Lausanne: