Ànemos

pour contre-ténor, shvi, daegeum et flûte basse
2016, Giorgio Tedde

Ànemos (du grec anemos (ἄνεμος) = le vent) est à l'origine du mot latin "Anima" (l'âme). C'est cette métaphore, qui fait naître l'âme du souffle, que la pièce convoque et mêle à la "voix du vent".  Ànemos conclut la dernière partie programme sur une réponse au texte de Jean de la Croix chanté dans "Invocation VI" : les paroles de Thérèse d'Avila, éternellement suspendues entre sensations de mort et de vie, disent un amour divin qui la ravit tout comme Jean de la Croix en une extase mystique au-delà de la mort et de la vie. Le vent et la voix se font ici entendre dans toutes leurs nuances, du sifflement aigu déchirant à la gravité du son différentiel qui en résulte. Les trois flûtes font entendre cette force chatoyante du son en une rencontre unique avec la voix polyvalente de Javier Hagen, pour transmettre au public, en lui traversant la peau, un sens intérieur du vent et de l'âme qu'il symbolise.

Concert SMC Lausanne: