Das kleine Irgendwas

version pour alto
2013 - Création mondiale, Heinz Holliger

Cette pièce est dédiée à la violoniste Patricia Kopatchinskaja et sa fille Alice. Voici la petite histoire de sa genèse : « Chère Alice, tu écris toujours de si jolies histoires. Par exemple, celle de la bactérie qui pendait au bout du nez et qui avait toujours peur de tomber. Ou celle des pirates qui, à la fin, meurent tous de joie – pour que ça se termine comme dans une tragédie de Shakespeare, as-tu dit. Et celle du « Petit quelque chose », que tu as dessiné comme une chose bleue couverte de poils. Ton histoire avec les dessins était posée sur la table de notre cuisine quand Anu Komsi, la grande chanteuse finlandaise, est venue nous rendre visite. Anu a dit : « Il faut absolument que je montre ça à Heinz [Holliger] », et elle a emporté la feuille. Six semaines plus tard, la mise en musique nous arrivait par la poste. Même les fautes d’orthographe ont été soigneusement respectées. Oui, ça devait être un duo pour violon et voix. Ah ! Anu, ça aurait été tellement plus simple si tu avais chanté, toi. Mais tu n’étais pas là et j’ai dû jouer et chanter en même temps, un duo purement virtuel. »
Pour la première fois donnée dans sa version pour alto, Das kleine Irgendwas raconte quelque chose, un petit quelque chose. Quelque chose d’enfantin, de violent. Plusieurs personnages émergent de la vocalité de l’interprète. Parfois la mère parle, parfois la fille. Et puis il y a l’instrument ; alto synesthésique, possédé et possédant.
 

Concert SMC Lausanne: