Trois scènes de village

pour 8 voix de femmes et orchestre de chambre, BB 87b
1926, Bela Bartok

I. Les Noces
II. Berceuse
III. La Danse des garçons

Parmi les pionniers du jeune vingtième siècle, Béla Bartók est un artiste singulier, un véritable explorateur sonore : le premier ethnomusicologue. Le folklore est la matière première de son œuvre. Il faut l’imaginer écumant les villages hongrois et roumains avec un phonographe sur le dos. Il s’inspire de toutes ces mélodies, ces rythmiques – ces « modes paysans » dirait-il – qu’il récolte, classe et retranscrit.
Les Trois scènes de village sont le second état d’un cycle de chansons du même nom composé en 1924 pour voix de femme et piano. Celui-ci comptait cinq chansons. En 1926, Béla Bartók décide d’orchestrer les trois dernières.
Mariage a la forme d’un rondo classique. D’emblée on sent la surexcitation de la fête qui s’oppose à la solennité du rituel. L’enfance doit mourir pour qu’advienne une vie nouvelle. Berceuse, est une forme en arche constituée de trois parties. La chanteuse déclame une incantation qui monte lentement entre les harmoniques de contrebasses et les sublimes soli de bois qui se répondent de loin en loin. La Danse des graçons est de nouveau un rondo. L’orchestre seul introduit ce qui va devenir l’accompagnement de la mélodie avant de réapparaître sous la forme d’un refrain orchestral.

Concert SMC Lausanne: