pRESTO sOSTINATO pour ensemble

arrgt Victor A. Coltea
2018 - création mondiale, Dieter Ammann

La pièce a été créée à l’occasion des festivités du 100e anniversaire du mécène et chef d’orchestre Paul Sacher (pour l’ensemble Phoenix) et a bénéficié du soutien de la fondation pour la musique Ernst von Siemens.

L'oeuvre reflète à travers sa forme audible ce qui en constitue le fondement, à savoir la dialectique entre les deux pôles de sa création sonore : le rationalisme structurel et l'intuition émotive. L'association, l'oreille interne, l'intuition, la réaction apparemment spontanée à ce qui vient d'être noté – cette approche « subjective » du processus de création  est inhérente à ma musique en général. Elle forme avec le côté « objectif » du processus, basé sur la réflexion et la prédétermination, un tissu de forces parfois très divergentes, qui empêchent un déroulement fluide et naturel de la composition, souvent sur une longue durée.
Cela produit une sonorité non seulement étroitement soumise à ces divergences, mais susceptible également, au sens dramaturgique, de les rendre directement perceptibles et fertiles. Ainsi, par exemple, la musique peut rester un certain temps dans un état de somnolence sonore,  se concentrer dans le creux d’une quinte, puis soudainement venir s’accumuler dans une pulsation énergétique homorythmique. Ce phénomène se passe chaque fois dans une forme concentrée caractéristique et sur un bref laps de temps.
Le titre pRESTO sOSTINATO renvoie d'une part aux initiales de Paul Sacher (dont le nom sert également de référence pour l'ordre des sons), d'autre part  aux « restes » de fragments d'Ostinati apparaissant ici et là. Enfin, l’expression peut aussi être considérée comme une allusion lointaine à un titre bien établi : Allegro sostenuto.

L’arrangement de pRESTO sOSTINATO par Victor A. Coltea conserve en quelque sorte l’atmosphère et les directions de la pièce originale, ainsi que la structure de la forme, mais il prend simultanément une autre dimension en explorant les nouvelles possibilités d’instrumentation, en créant une atmosphère psychédélique, une image déformée.
La pièce a été arrangée sous la direction du compositeur Dieter Ammann.

Concert SMC Lausanne: