Glamour Sleeper II

pour piano, percussion, violon, violoncelle et électronique
2003 - création suisse, Donnacha Dennehy

En dépit de son titre, qui pourrait faire allusion à des textures fragmentées et inquiétantes, Glamour Sleeper n’est pas une oeuvre conceptuelle. Le moindre son a été envisagé comme une « cellule dormante » pouvant entrer en éruption à chaque instant.

On y retrouvera des évocations de la ville de Dublin, car chaque section est associée à un quartier différent de la capitale irlandaise, ville natale du compositeur. Dans cette perspective d’un réseau urbain, les éléments de la pièce sont interdépendants. C’est notamment le cas du rythme. Si un des rythmes se contracte, un autre se dilate pour rétablir l’équilibre général, tels des rythmes « élastiques ».

Le piano préparé est principalement employé comme instrument de percussion. Suivant neuf modes de jeu distincts, le pianiste sera amené à pincer ou gratter les cordes avec un plectre : une véritable batterie de chantier au travail. Enfin, sur fond de notes répétées, on repérera plusieurs appels de la clarinette basse qui confèrent à l’essaim bourdonnant de la ville un caractère toujours plus instable mais toujours aussi puissant. « Attaquer violemment, mais avec panache », voilà l’indication initiale de la pièce.

Glamour Sleeper a connu plusieurs effectifs depuis sa création. La version de ce soir est née au fil des interprétations, s’adaptant aux instrumentistes en présence.

Concert SMC Lausanne: