Luminar

pour hautbois, violon, guitare, contrebasse et percussion
2005, Fernando Garnero

In memoriam Alberto Jose Pendino/célébration de la naissance de Vittorio Pendino Garnero

Tenter une polysémie musicale, rien de nouveau en soi, mais la découverte de « façons » qui n'ont pas avoir avec la variation ou le développement ou la déduction des possibles d'une cellule. Mais la re-écriture, l'effacement, l'auto-commentaire, la répétition pure avec l'impossibilité de répéter, une différence qui ne tente pas l'écart. Et la trahison de l'écriture, qui, même chez les plus maladroits, fait échouer toute tentative de création. Aujourd'hui que je cherche l'usine haptique, une conférence d'aveugles qui cherchent à balbutier avec ses mains, ou, aux dires de Gerard Pesson, ce "braille sans sous-titres", je me sens très loin de sa quête, donc je laisse Luminar dire ce qu'elle a à dire, et je la regarde avec la tendre sévérité de celui qui se croit démiurge et ne fait que subir l'écriture, qui pense écrire quand il est écrit. (Fernando Garnero).

Concert SMC Lausanne:

  • Lundi 21 avril 2008 (Saison 2007-2008)
    Ensemble Vortex I + lire
    Oeuvres de Garnero, Menoud, Corrales, Schuler, Zea et Huguet