gravities I

2021, André Meier

Telle une partie d’échecs, les deux instrumentistes, à la guitare et au piano, jouent tout en conditionnant le jeu de l’autre. Le long des cases d’un damier imaginaire, l’un et l’autre empruntent des chemins qui bloquent ou ouvrent successivement des possibilités à son binôme selon les modes de jeux employés. Rien n’est coordonné, tout se crée hic et nunc selon les choix du partenaire de jeu.

Ainsi, comme les changements demandés peuvent être extrêmes, du fait de l’inattendu des « chemins à suivre », chaque instrument est doublé d’un lecteur électronique (ePlayer-Double), qui peut les suppléer si nécessaire. Ils évoluent ainsi sur un canevas d’imprévus, pouvant même perdre le tempo commun. Au fil de cette « constellation aléatoire », la pièce bascule dans un caractère non linéaire, le long d’une voie auto-déterminée et pourtant si imprévisible.

Depuis plusieurs compositions, André Meier exploite le réseau Polytempo, notamment dans la génération de pièces ouvertes ou modulaires. Par le biais d’un ordinateur, la pièce est générée avant la représentation ou quasiment en direct. Reste à savoir s’il est possible de faire interagir un logiciel en réaction directe aux gestes spontanés des musiciens, sorte d’intelligence artificielle.

Rédaction de la notice : Christophe Bitar

Concert SMC Lausanne:

  • Lundi 15 novembre 2021 (Saison 2021-2022)
    Soyuz21 + lire
    Œuvres de Meier, Thomalla & Lang