Canto (version avec accordéon)

pour soprano, clarinette et accordéon
1994-2004, Pascal Dusapin

« Canto tire son nom du poème de Giacomo Leopardi (1798-1837) : « Canto delle fanciulla ». Naturellement dédié au chant, ce n’est pas seulement une partition pour voix de femme accompagnée d’une clarinette et d’un accordéon : chacun des musiciens déploie une ligne souple et sinueuse d’allure généralement descendante, comme une plainte douce et craintive, en une large mélodie à trois voix. » (Pascal Dusapin)

« Le Chant de la jeune fille »
(G. Leopardi -traduction de Michel Orcel)

Chant de fillette, chanson sans fin
Qui d’une chambre close vient errant
Par les rues calmes, pourquoi si sombre
A mon oreille sonnes-tu ?
Pourquoi le cœur, me serres-tu si fort
Que tu me pousses aux larmes ?
Tu es gaie, voix festive de l’espérance :
Chacune de tes notes bat le temps de l’attente
Or, ainsi gaie, tu parais une plainte à ma pensée,
Et l’âme tu m’étreins de pitié
Raison de peine retrouve la pensée de l’espérance
Même pour qui en fit l’épreuve.

Concert SMC Lausanne: