The crown of Ariadne

pour harpe
1979, Raymond Murray Schafer

Réveil d'Ariane - Danse d'Ariane - Danse du Minotaure - Danse des insectes de la nuit - Danse du Soleil - Danse du Labyrinthe

L’œuvre est articulée en six sections : Réveil d’Ariane, Danse d’Ariane, Danse du Minotaure, Danse des insectes de la nuit, Danse du Soleil, Danse du Labyrinthe (Thésée et Ariane). La partition fait appel à une harpe, instrument emblématique d’une fille de Minos promise à l’abandon, qu’accompagnent crotales, cymbales, blocs chinois et autres percussions joués par la harpiste. A la fin une bande, trace d’une harpe pré-enregistrée, vient créer une texture complexe de tempéraments différenciés signifiant ainsi les enchevêtrements multiples du labyrinthe de la dernière section. L’instrumentiste devient danseur et les gestes même de la harpiste suggèrent une chorégraphie : ses modes de jeu, ses chants au travers d’un tube, ses multiples glissendi d’un héritage subverti et ses glissements de la table d’harmonie. Le paysage sonore de l’œuvre figure l’âme du drame mythologique. (Laurent Feneyron)

Concert SMC Lausanne: