Godspell

pour mezzo soprano, flûte, clarinette, percussion, célesta, violons, alto, violoncelle et contrebasse
2002, Stefano Gervasoni

Textes de P. Levine.

Les cinq poèmes de Godspell que je suis arrivé à considérer comme étroitement soudés dans un cycle, m'ont permis d'accorder ma perception musicale au langage ironique parfois moqueur de Levine. Cette voix exprime une vision pessimiste du monde. Comme Levine l'explique dans un court message qu'il m'a adressé avec les poèmes, en vieil anglais (et je rajoute comme dans la Bible), le mot Godspell signifie Bonne Nouvelle. Quoi qu'il en soit l'idée d'amélioration de la condition humaine est constamment enfouie dans les poèmes. Chaque fois qu'un développement est suggéré, il prend l'apparence d'un processus dégénératif, ou d'une croissance anormale, presque comme une tumeur mortelle. La progression est seulement quantitative, seule la désillusion de l'homme peut être qualitative. La façon dont notre société conçoit le progrès - comme un gain matériel, technologique ou idéologique - le rend incapable de créer un développement humain authentique, ou une amélioration, sans parler d'espérance ou de bonheur. J'ai essayé de créer une expression équivalente aux structures et aux positions poétiques de Levine, particulièrement dans l'épais filet de ses références internes. J'espère que ma musique pourra transmettre mon sens de la valeur de la poésie de Levine. (S. Gervasoni)

Concert SMC Lausanne: