Shantiniketan

pour flûte seule
1969 - création suisse, Alicia Terzian

Shantiniketan, petite ville du Bengale occidental en Inde, est renommée pour son université Visva-Bharati fondée par le lauréat du Prix Nobel de littérature en 1913 Rabîndranâth Tagore. Après avoir perdu son épouse et trois de ses enfants en une quinzaine d’année, Tagore, poète, romancier, dramaturge et philosophe en langues bengali et anglaise, exprime la volonté de transformer sa souffrance en joie. L’œuvre d’Alicia Terzian s'inspire d’un poème de Rabîndranâth Tagore qui dit : "Nous sommes réunis à l'ombre des arbres, dans la liberté du ciel ouvert; ses matins et ses nuits déposent sur nous les baisers du ciel, et nous entendons dans nos cœurs la voix de notre bien-aimée."
L'œuvre utilise les quarts de ton d'une façon naturelle; un long discours partant de la note la plus grave, solitaire, donne peu à peu naissance à une mélodie qui se développe jusqu'à la fin.
Shantiniketan c'est le doux chant de la contemplation de l'infini, de la voix qui nous arrive et nous renouvelle... c'est la rivière qui danse, c'est chacun de nous avec nous-même... c'est la communication entre les espèces de la Terre… c'est l'équilibre dans le mystère profond de l'amour...c'est la tristesse qui ne fuit pas... c'est... le silence de soi-même. (Alicia Terzian)

Concert SMC Lausanne: