Tantôt libre, tantôt recherchée

pour violoncelle
1992-1993, Jacques Wildberger

Le titre « Tantôt libre, tantôt recherchée » reprend littéralement le célèbre sous-titre ajouté par Beethoven à la Grande Fugue op.133. Chez moi, l’opposition entre « libre » et « recherchée » ne renvoie pas à des critères d’écriture fuguée, mais à différents modes de production du son et aux variations de justesse qui y sont liées. Ainsi, les parties « libres » sont le début, jusqu’à la lettre B et les passages col legno saltando entre B et C. Par la suite, la justesse devient de plus en plus précise et perceptible. Les unissons d’harmoniques peuvent être considérés comme particulièrement « recherchés » - surtout entre F et G - où il s’agit de bien faire ressortir les interférences naturelles. La conclusion qui précède les deux dernières mesures est de nouveau « libre » par sa forte composante bruitiste. (Jacques Wildberger)

Concert SMC Lausanne: