Kammerkonzert II

pour ensemble instrumental
1990, Isang Yun

L’interaction entre le souffle oriental et la matière sonore occidentale est décelable dès les premières mesures. Sons percussifs, glissandi, apparentement aux instruments traditionnels coréens, tous les éléments du langage du compositeur se retrouvent comme condensés, synthèse d’un long et fructueux parcours compositionnel. L’amalgame sonore du couple hautbois (cor anglais) et trombone forme une unité vent très gestuelle et lyrique. Le piano est traité nettement en un clavier apparenté à la percussion et les cordes, tirées vers le grave - sans violon - s’expriment le plus souvent de manière concentrée, symétrique, donnant une ossature très puissante à un discours souligné de glissandi.

Concert SMC Lausanne: