Quatrain II

pour piano, clarinette, violon et violoncelle
1977, Toru Takemitsu

Familier des jeux avec les nombres dans ses pièces (la plupart reposent sur de telles combinaisons numériques initiales), Takemitsu détourna tout un ensemble de structures musicales du chiffre 4, depuis la construction des phrases par quatre mesures jusqu’à la combinaison des hauteurs et des formes. Dans la version pour quatre solistes, la formulation choisie évoque le Quatuor pour la fin du temps de Messiaen, compositeur qui a toujours été une référence pour Takemitsu. L’œuvre se déploie par vagues, comme s’ils s’agissait de grandes respirations où les timbres tantôt fusionnent, tantôt s’individualisent. L’impression devant être celle d’une temporalité souple qui s’invente au fur et à mesure. La pièce fait se succéder différents épisodes dans une forme toujours renaissante où la sensation sonore domine les principes cachés de la construction.

Concert SMC Lausanne: