Voice

pour flûte
1971, Toru Takemitsu

Voice fut composé à la demande du flûtiste Aurèle Nicolet. C’est un véritable morceau  soliste, dans lequel l’instrument doit être envisagé comme un prolongement autant qu'une extension du corps de l’interprète, et dans ce cas particulier, comme la prolongation de la bouche du musicien. De fait, la frontière entre le corps et l’instrument a tendance à  s’estomper. Dans ce contexte, l’intervention de la voix de l’interprète (qui prononce certains mots), ou encore les sons multiphoniques (sons composés, sons complexes) produits comme exhalés par la flûte, ne peuvent être considérés comme de simples moyens d’obtenir des effets sonores nouveaux. Takemitsu s’intéresse ici au problème de l’interprétation qu'il envisage sous l'angle de l'activité humaine exprimant les caractéristiques concrètes de l'individualité.

Le texte cité est extrait des Handmade Proverbs de Shuzo Takiguchi :

Qui va là ? Qui que tu sois, parle, transparence !
Who goes there ? Speak, transparence, whoever you are !

Concert SMC Lausanne: