Regards sur les traditions (avec quelques trompe-l'oreille)

pour piano à quatre mains
1995, Dieter Ammann

Le terme « traditions » fait allusion à la littérature récente (surtout Messiaen et Ligeti). Messiaen révèle un de ses modes, alors que Ligeti inspire la mécanisation du mouvement musical. Une des tendances majeures dans cette oeuvre est la rupture avec une écriture conventionnelle (mélodie en haut, accompagnement en bas) en donnant une importance égale aux deux exécutants. Pour obtenir ceci, le compositeur oblige, à plusieurs reprises, les deux pianistes à se partager le même espace sonore (milieu du clavier). A d’autres moments, les lignes mélodiques s’approchent mutuellement, se croisent pour s’arrêter finalement aux bords de l’instrument. Un autre aspect important est la modification de la perception des modèles rythmiques répétitifs, provoquée par des accélérations ou des ralentissements consécutifs (« écoute linéaire » versus « écoute verticale »). Le sous-titre avec quelques trompe-l’oreille se réfère en majorité à la deuxième partie de l’oeuvre où peut naître l’impression de déplacements d’accents rythmiques, bien qu’il s’agisse en réalité d’un ostinato invariable. Les dérangements dynamiques donnent l’impression d’une variété permanente. (Dieter Ammann)

Concert SMC Lausanne: