Toccata

1991, Franck Krawczyk

Conformément à l’histoire de la toccata, la pièce est axée sur l’enchaînement très rapide de figures propres à la technique pianistique mettant en valeur l’art du « toucher » de l’interprète. Chacune de ces figures est affectée d’un caractère émotionnel différent, qui crée dès lors le problème de la continuité et de la fluidité du discours musical. Je me suis donc raccroché à des constantes telles que : tempo vif, variation perpétuelle d’un même motif, plus grande économie possible du matériau harmonique. La partition se présente comme une description des mécanismes de la pensée quand celle-ci s’emballe et réagit de façon associative, par projection ou par réminiscence, quel que soit le champ d’investigations (histoire du piano, histoire de la musique, ou bien tout simplement « histoire » de sa propre sensibilité). Je me souviens parfaitement de l’état d’urgence électrique dans lequel je me trouvais alors, une ivresse sans cesse prolongée par l’excitation nerveuse de ce que mes doigts dictaient. (Franck Krawczyk)

Concert SMC Lausanne:

  • Lundi 23 mars 2009 (Saison 2008-2009)
    Dana Ciocarlie + lire
    Oeuvres de Thierry Escaich, Laurent Mettraux, Frédéric Verrières, Helena Winkelmann, Franck Krawczyk et Karol Beffa