Chinesische Liebeslieder

pour soprano et piano
1945, Rolf Liebermann

Mir tat die Heiligkeit der Lampe weh - Wen ich an deinem Munde hingesunken - Die Libelle schwebt zitternd

A l’origine, les Chinesische Liebeslieder ont été composés pour ténor, harpe et cordes. Ces textes (en allemand) de Rolf Liebermann sont de courts poèmes qui jouent avec la consonance et le rythme des mots ainsi qu’avec l’imagination de l’auditeur pour créer un climat tantôt sombre, tantôt incertain.

Concert SMC Lausanne: