Vingt Regards sur l'Enfant Jésus - Regard no 11

pour piano
1944, Olivier Messiaen

Première communion de la Vierge

« Plus que dans toutes mes précédentes œuvres, j’ai cherché ici un langage d’amour mystique, à la fois varié, puissant et tendre, parfois brutal, aux ordonnances multicolores. » (Olivier Messiaen). L’architecture de cette œuvre s’appuie sur les loi complexes de la symbolique des nombres, pour servir les mobiles spirituels.
Chaque pièce porte en exergue un très court poème mystique du compositeur ; voici celui qui introduit le XIème Regard, 1ère communion de la Vierge : « Après l’Annonciation, Marie adore Jésus en elle… Mon Dieu, mon fils, mon magnificat – mon amour sans bruit de paroles… ». Olivier Messiaen apporte le commentaire suivant sur ce Regard : « Un tableau où la Vierge est représentée à genoux, repliée sur elle-même, dans la nuit – une auréole lumineuse surplombe ses entrailles. Les yeux fermés, elle adore le fruit caché en elle. Ceci se passe entre l’Annonciation et la Nativité : c’est la première et la plus grande de toutes les communions ». Olivier Messiaen

Concert SMC Lausanne: