Poèmes en mi

pour soprano et piano
1936, Olivier Messiaen

« Mi » est le surnom que Messiaen donnait à Claire Delbos, qu’il venait d’épouser et à qui ces mélodies sont dédies. Écrites peu après son mariage, le compositeur cherche à en exprimer le sacrement et à traduire les états d’âme du jeune époux, sans cacher les doutes qui l’assaillent. Les 9 mélodies sont réparties en deux livres ; le premier (4 pièces) se rapporte en quelque sorte à la préparation au mariage, le second (5 pièces) à son accomplissement.

1er livre :
1.    Action de grâces : Le fiancé rend grâces à Dieu pour ses bienfaits, la vie promise dans l’au-delà et le don de sa compagne. La pièce se termine par l’Alleluia sept fois proclamé.
2.    Paysage : Rêverie où se fondent le visage de l’aimée et le spectacle d’un lac.
3.    La Maison : La maison que vont quitter les fiancés évoque l’enveloppe charnelle qu’il faudra abandonner pour contempler éternellement la Vérité.
4.    Épouvante : Voici le fiancé assailli d’un doute cosmique : peur désespérante de perdre l’amour de Dieu et de la femme.

2ème livre :
5.    L’Épouse : Cette mélodie célèbre l’union sacramentelle des époux. Elle s’achève en une méditation sur le mystère des noces mystiques du Christ avec l’Église.
6.    Ta voix : Louant la beauté de sa femme, l’époux l’entrevoit dans sa dimension spirituelle, sa voix chantant éternellement.
7.    Les Deux Guerriers : Ce sont les deux époux face aux luttes de la vie terrestre qui devront les mener victorieux à la vie surnaturelle.
8.    Le Collier : Une fraîche et délicate chanson d’amour pour évoquer le collier que forment au réveil les bras de l’épouse autour du cou de l’époux.
9.    Prière exaucée : Le cycle s’achève sur une prière, vision de la joie éternelle qui attend le couple après la résurrection.

Concert SMC Lausanne: