Krajobraz Chwili

pour soprano, alto et piano
1992, Bettina Skrzypczak

« Le cycle pour voix, alto et piano Krajobraz Chwili s'appuie sur les poèmes de quatre célèbres auteurs polonais du 20e siècle. Pourtant, selon l'auteur de la pièce, l'idée du départ est musicale, c'est-à-dire l'interpénétration de divers niveaux temporels. Le cours du temps réel est continuellement interrompu par des instants de mémoire, de réflexion et de fantaisie, qui laissent entrevoir une dimension située au-delà de notre expérience. Nous percevons fugitivement des perspectives vers l'inconnu : la contemplation (Motif, Fenêtre), le catastrophique bouleversement intérieur (Lettre), l'observation de la nature, qui se révèle métaphore de l'épineuse question de l'érotisme féminin (Ortie, observée de près), et le constat insolent, derrière lequel se cache l'existence d'un monde secret (La sorcière). Pourtant toutes ces histoires sont rassemblées structurellement par un lien sous-jacent ». Max Nyffeler

1. Motyw (Motif)
Le champ de blé d'or, endigué au loin,
a embrassé le rouge crépusculaire.
Sous le ciel bleu à travers le flot du grain
L'on voit le rouge sceau du soleil saigner.
Un souffle léger caresse de douces vagues –
La nef du soleil coule dans la mer.

2. List (Lettre)
On reçoit une lettre. Son cœur bat.
Va la lire sous le pommier.
Lit. Agrippe sa nuque
et perd pied, se noie dans l'air.

3. Czarownica (La Sorcière)
J'ai un oiseau parlant, une eau causante, un vieil
enchanteur dont je te laisse une fois tenir la barbe grise;
J'ai un serpent se dressant sur sa queue dans de vertes agaves,
j'ai deux frelons savants qui dorment dans mes manches.
J'ai un étourneau magique, un crapaud, un hérisson et autre scarabée,
j'ai un intelligent choucas tout blanc et un loir;
mon oiseau te parlera, s'assiéra sur ton épaule,
De son toit, le triste dragon mouillera tes pieds de ses larmes.
Ton rêve, tout premier rêve du monde, il est chez lui dans ma cahute,
et le plaisir que tu éprouves habite en moi,
et si, une fois, tu veux me rendre visite déjouant la surveillance,
je te montrerai ton cœur engourdi, qui, chez moi, a fait son nid dans une petite boîte.

4. Okno (Fenêtre)
Je regardais par la fenêtre au lever du jour, et voyais le jeune pommier dans la clarté.
Et quand je regardais de nouveau par la fenêtre au lever du jour se dressait là-bas un grand pommier chargé de fruits.
De nombreuses années s'étaient donc écoulées, pourtant je ne peux me souvenir de rien, de ce qui s'était passé en rêve.

5. Pokrzywa Widziana z Bliska (Ortie, observée de près)
De galeries sombres,
de remparts,
Où le vert, embrasé,
prévient l'ennemi,
s'étalent des lucanes aux bras creux, fleurissant
dans des capuches violettes
et des dominos roses –
et, près du château, provoquent
de leurs yeux pleins de lumière bleue,
de leurs bras, qui s'ouvrent,
nostalgiques, féminins...

Concert SMC Lausanne:

  • Lundi 12 février 2001 (Saison 2000-2001)
    Ensemble Elis + lire
    Oeuvres de Skrzypczak, Yun, Kurtág et Färber