Nymphea

pour quatuor à cordes et live-electronic
1987, Kaija Saariaho

Dans Nymphea (nénuphar), pour quatuor à cordes et électronique (l’œuvre porte le sous-titre Jardin secret III), je continue l'approche vers les instruments à cordes que j'ai utilisés dans mes précédents travaux et poursuis également le développement de la musique avec l'ordinateur  Grâce à cette approche je peux particulièrement élargir le vocabulaire de la couleur, du son des instruments à cordes et provoquer le contraste de textures limpides et délicates avec des masses sonores violentes et éclatées. Lors de l'élaboration du matériau musical de la pièce, j'ai utilisé l'ordinateur de plusieurs façons. La base de l'ensemble de la structure harmonique est fournie par les sons complexes du violoncelle que j'ai analysé avec l'ordinateur. Les matériaux de base pour les rythmes et les transformations mélodiques sont calculées par ordinateur grâce auquel les motifs de la musique se convertissent graduellement et se répètent encore et encore. J'ai utilisé les sons originaux d'un quatuor à cordes qui sont « manipulés » dans une situation de concert. Certaines images ont évolué dans mon esprit alors que je composais : l'image de la structure symétrique du nénuphar flottant sur les eaux se plie, se transforme. Mais sont apparues également des interprétations de la même image dans des dimensions différentes : une dimension de surface avec ses couleurs, ses formes et, d’un autre côté, la perception de différents matériaux et formes comme le nénuphar se nourrissant de la boue d’une mare. (Kaija Saariaho)

Now Summer is gone
And might never have been.
In the sunshine it's warm,
But there has to be more.

It all came to pass,
All fell into my hands
Like a five-petalled leaf,
But there has to be more.

Nothing evil was lost,
Nothing good was in vain,
All ablaze with clear light
But there has to be more.
Life gathered me up
Safe under it's wing,
My luck always held,
But there has to be more.

Not a leaf was burned up
Not a twig ever snapped
Clean as glass is the day
But there has to be more.

(Poème d’Arseniy Tarkovski, traduction : Kitty Hunter-Blair)

Concert SMC Lausanne:

  • Lundi 27 octobre 2008 (Saison 2008-2009)
    Quatuor Asasello + lire
    Oeuvres de Kaija Saariaho, Helmut Lachenmann et Alfred Schnittke