Clair-Obscur op. 74

pour choeur de femmes a cappella
1986, Julien-François Zbinden

Le premier choeur est écrit sur un texte intitulé "Ombres" de Lucie Delarue-Mardrus. Il s'agit d'un poème très court que le compositeur traite avec une douce mélancolie.
Le second, "Printemps", est dû à la plume alerte de Marie Gevers. Tiré d'un recueil portant le titre "Missembourg", ce poème met en scène un coq et un enfant, sur le mode plaisant et enlevé d'une comptine.
C'est Aliette Audra qui a signé le troisième poème "Unsaid". Il s'agit d'une ode "aux mots qu'on ne peut jamais dire", tout empreinte de tristesse désabusée.
Quant à Mathilde Pomès, elle a écrit un ravissant poème sur les "Martinets", prétexte au quatrième choeur que le compositeur a traité comme une sorte de perpetuum mobile sur le tempo le plus vif.
Enfin, le cinquième choeur emprunte son texte à une oeuvre de Louisa Paulin. Il est intitulé "Nocturne" Il s'agit d'une très belle ballade à la nuit qui évoque une atmosphère de mystère.

Concert SMC Lausanne: