Little Bangs

pour hautbois, violon, guitare, contrebasse percussion et bande
2006, Nikolay Mihaylov

Pour générer la forme de la pièce, j’ai été influencé par la théorie du «Big Bang» d’où le nom Little Bangs qui signifie petites explosions. Elle est basée avant tout sur l’hypothèse qu’avant l’explosion originelle, les particules dans le cosmos existaient dans un ordre symétrique. Aujourd’hui, à la suite du «Big Bang», ces particules sont dispersées de façon chaotique dans l’espace. Pour illustrer musicalement cet ordre symétrique, mes recherches se sont centralisées sur la construction des processus et des algorithmes entre certaines dimensions sonores. Chaque explosion se présente comme une rupture dans la logique et dans le système du processus précédent. Progressivement, l’impact se répand dans toute la matière musicale et établit un nouvel ordre, une nouvelle symétrie, jusqu'au prochain «Bang».
Les rythmes et les modes traditionnels bulgares sont représentés de manière évidente dans toute la pièce par la richesse de la musique traditionnelle bulgare aux coupures temporelles, à la polyphonie, aux mélismes particulaires et aux modes bi-harmoniques, mais aussi, plus particulièrement, parce que la violoniste de l’Ensemble Vortex, Rada Hadjikostova, est originaire de Bulgarie. La bande magnétique (quatre pistes audio) tient le rôle d’un résonateur travaillant sur certaines des harmoniques dominantes de l’ensemble les faisant ensuite moduler. Globalement tout au long de la pièce deux plans évoluent, soit parallèlement soit en interaction : «spectral–serial» et «à la bulgare». (Nikolay Mihaylov)

Concert SMC Lausanne: